Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Retour en images sur l'hommage à la Légion étrangère

Lundi 4 juillet 2016, l'association Santerre 2014-2018 et la Communauté de communes de Haute Picardie ont organisé une cérémonie d'hommage à la Légion étrangère, qui a libéré le village de Belloy-en-Santerre le 4 juillet 1916 après d'âpres combats. En quelques minutes, des centaines de soldats de la Légion furent tués par les mitrailleuses allemandes, dont 2 poètes amoureux de la France, l'américain Alan Seeger et le catalan Camil Campanya.

La cérémonie a débuté à 8h devant le monument aux morts de Belloy-en-Santerre, en présence de 70 musiciens de la musique de la Légion étrangère et près de 300 représentants des autorités politiques et militaires venus des d'Espagne, d'Allemagne, de République tchèque...

Une messe a été célébrée à 11h.

Une délégation s'est rendue à Lihons pour déposer une gerbe de fleurs devant l'ossuaire où reposent Alan Seeger et ses camarades.
La musique de la Légion étrangère s'est produite ensuite à Fay à 15h.

Le lendemain, le 5 juillet 2016, une grande fresque musicale et poétique au Zénith d'Amiens a rendu hommage à la Légion étrangère.
 

Le haut fait d'armes de la Légion Etrangère : la prise de Belloy-en-Santerre.
En 1916, ce village transformé par les Allemands en camps retranché fait face aux lignes françaises. Entre les deux, un terrain plat, de 800m à découvert. Aucun abri possible.
Le Régiment de Marche de la Légion Étrangère est désigné pour prendre ce village.
Après un effroyable combat, celui-ci est libéré. La Légion a perdu 900 hommes.
Parmi eux, deux poètes, deux amoureux de la France : l'Américain Alan Seeger qui deviendra le poète fétiche de John Fitzgerald Kennedy et le Catalan Camil Campanyà, tombé avec 50 de ses camarades « Volontaris Catalans », à l'origine de la création de ce régiment.
Peu avant sa mort, Alan Seeger avait écrit une « Ode à la Mémoire des Volontaires Américains Morts pour la France » dans laquelle on peut lire cette phrase : « …Ils ne poursuivaient pas de récompenses vaines, ils ne désiraient rien que d’être sans remord, frère des soldats bleus, à l’honneur et à la peine de vivre leur vie et de mourir leur mort… »

 

 

À la une

Retour en images sur l'hommage à la Légion étrangère
Le 25 mars 2018, le président du Conseil départemental Laurent Somon et les élus locaux accueillaient Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des armées, pour célébrer le centenaire de l'unification des armées alliées à Doullens.
Lire la suite