Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Le pigeon voyageur, héros de la Grande Guerre

 

piegeonnier
Crédit - Cie Les chanteurs d'oiseaux

Jean Boucault, chanteur d'oiseaux, s'est lancé dans le projet de construire un pigeonnier hippomobile sur le modèle de ceux de la Grande Guerre. Retour sur cette aventure qui rend hommage aux pigeons voyageurs utilisés pendant les combats.

 

En 1915, alors que le conflit s'enlise et devient une guerre de position, les moyens de communication deviennent un enjeu stratégique. Le pigeon voyageur transporte alors de petits messages codés, glissés dans des colombogrammes. «  Dans les zones de combats, les lignes téléphoniques sont souvent rompues et les signaux optiques ne fonctionnent pas, explique Jean Boucault. Il est donc difficile pour le commandement, situé sur les lignes arrières, de comprendre précisément ce qui se passe sur le champ de bataille.» Le pigeon voyageur entre alors en jeu.

Une utilisation militaire de longue date

Son utilisation militaire ne date pas d'hier. Les Romains en avaient déjà compris l'utilité pour la transmission de messages. Durant la Grande Guerre, cette tradition connaît un essor. 30 000 pigeons vont être ainsi utilisés par les armées belligérantes et cela sur tous les fronts. Ce petit volatile est en effet d'une grande fiabilité pour des transmissions sur de courtes distances, en particulier grâce à son sens de l'orientation inégalé ! Il arrive à passer au travers de véritables barrages de feu, de fumée ou encore de gaz toxiques et à rejoindre son pigeonnier.

L'oiseau, compagnon de guerre

C'est cette histoire, mais aussi la forte tradition colombophile du Nord de la France que Jean Boucault et sa compagnie «  Les chanteurs d'oiseaux », basée à Abbeville, ont voulu honorer. « Dans le cadre des commémorations du Centenaire, notre compagnie a entamé un processus de réflexion autour des liens existants entre le territoire, les oiseaux et les hommes », indique t-il.

La compagnie se plonge dans un premier temps dans les récits français et anglo-saxons que les soldats ont envoyé à leur famille. « Ce qui est percutant, c'est la description que font les soldats des oiseaux, relate l'artiste. Pour les jeunes du Commonwealth, certains chants d'oiseaux leur étaient jusque-là inconnus. Ce que l'on remarque, c'est que l'oiseau pour le soldat est à la fois un marqueur du temps, mais aussi un petit moment de vie dans l'univers horrible de la guerre. »

Un pigeonnier comme aux temps de la Grande Guerre

La deuxième phase du projet, la construction du pigeonnier hippomobile, s'est réalisée en partenariat avec la communauté de communes du Bernavillois. « Il s'agit d'un mélange de plusieurs modèles de pigeonniers étudiés grâce à des cartes postales d'époque. Nous avons choisi de préparer ce projet pour 2016 car la Bataille de la Somme marque un tournant dans le développement des pigeonniers mobiles. »

Le travail de construction a été confié à un ébéniste. L'habillage final de l'intérieur a lui été réalisé par des collégiens du collège du Bois l'Eau à Bernaville. « Il y a d'abord eu une intervention en classe sur le rôle des pigeons-voyageurs dans le conflit, puis les élèves ont réalisé des maquettes », précise Jean Boucault.

Spectacle commémoratif

Le pigeonnier, en partie subventionné en 2014 par le Département, fait partie intégrante du spectacle créé par la compagnie. Après une imitation du chant des oiseaux et une lecture de textes, les pigeons sont lâchés. Spécialistes des vols acrobatiques, ces derniers sont un objet de spectacle, mais également un objet commémoratif. La compagnie affiche la volonté de faire lever les yeux des spectateurs vers le ciel et non pas vers le sol comme dans la plupart des événements commémoratifs. Cela, Jean Boucault en est persuadé, «seul un oiseau peut y parvenir ».

 

Plus d'informations sur :
http://www.chanteurs-oiseaux.com/

À la une

Le pigeon voyageur, héros de la Grande Guerre

Ouvert aux écoles primaires, collèges et lycées de toute la France, le prix Sadlier Stokes récompense des projets en lien avec la participation de l’Australie à la Première Guerre mondiale. Inscriptions jusqu'au 15 mars 2019.

Lire la suite