Aller à la page d'accueil Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au plan du site

Entre Longueval et la Nouvelle-Zélande, une amitié durable

Le 15 septembre 1916, les soldats néo-zélandais combattaient à Flers-Courcelette. Après 3 semaines de violents combats, la division perdit 7 500 hommes.
A l'occasion du centième anniversaire de cette bataille, une cérémonie d'hommage s'est déroulée du lever au coucher du soleil sur les sites commémoratifs néo-zélandais de Longueval. A découvrir en images.
 
 

Témoignages

 

ym0
La classe de 3ème du collège Gounot à Saint-Cloud était invitée aux commémorations par l'ambassade de Nouvelle-Zélande. Entre les cours et la réalité, le choc de voir en vrai autant de tombes.
Ces élèves d'une classe de 3ème du collège Gounot à Saint-Cloud invités par l'ambassade de Nouvelle-Zélande ont eu la chance de serrer la main au Prince Charles et de participer aux cérémonies. Ils ont ensuite visité l'Historial.


ym4
Victoria Wallace et son équipe
Victoria Wallace, de la CWGC, et son équipe : "Pour les gens de Nouvelle-Zélande qui sont si loin d'ici, il est important de savoir et de voir que nous valorisons les sites  et que des représentants des gouvernements sont présents à Longueval. La Nouvelle-Zélande qui se compose de nombreuses petites communes agricoles a beaucoup de points communs avec Longueval. Les habitants partagent leur histoire, leurs blessures et leurs joies dans le cadre d'une belle amitié."
ym5
La famille Parker
La famille Parker revient pour la 3ème fois sur les lieux où un oncle a été tué. Sylvestre Bresson de l'association "Terres de mémoire" est leur guide. Cette fois, ce couple d'agriculteurs de père en fils est revenu avec sa fille Dallis : "Je suis très fière de constater que ces sites sont aussi bien entretenus en mémoire des soldats enterrés ici ou disparus" apprécie t-elle.
ym12
Les jeunes ambassadeurs de Nouvelle-Zélande. Invités par le secrétariat d'Etat aux anciens combattants dans le cadre du projet d'Histoire partagée. Ils restent deux semaines en France en famille d'accueil et visitent les sites du Souvenir.
Les jeunes ambassadeurs de Nouvelle-Zélande, Samoa, Niué et Tonga.  Invités par le secrétariat d'Etat aux anciens combattants dans le cadre du projet d'Histoire partagée. Ils restent deux semaines en France en famille d'accueil et visitent les sites du Souvenir. Ils ont été sélectionnés à travers tout le pays suite à un concours lié à leur histoire personnelle et à leurs liens avec la France.
phs4821
Yves Holbecq, joueur de cornemuse, responsable de Somme Battlefield Pipes Band : "Mon but est de  sonoriser les cérémonies à la mémoire des soldats. Depuis 1989, je réalise entre 35 et 40 cérémonies par an. Je joue des morceaux lents, des lamentations, d'autres plus rythmés. J'ai un répertoire de 200 morceaux."
Pierrick Capelle, maire de Flers : "J'espère que ces commémorations permettront de faire connaître le rôle de Flers pendant le conflit. Les troupes  néo-zélandaises ont marché vers le nord aux côtés des chars pour leur première apparition sur un champ de bataille. Mon ambition est de faire inscrire le village dans le Circuit du Souvenir pour le faire découvrir au plus grand nombre".

Un peu d'histoire

 

En 1914, la Nouvelle-Zélande est un dominion indépendant depuis 1907, dont la population est estimée à plus d'un million d'habitants. Le pays entre en guerre contre l'Allemagne le 4 août, aux côtés des Britanniques et des autres Alliés. La NZEF (New Zealand Expéditionnary Force) est créée, composée de volontaires. Elle fusionne ensuite avec les troupes australiennes pour former l'ANZAC, qui participe à la grande offensive des Dardannelles, sur la péninsule de Gallipoli le 25 avril 1915. Les huit mois de combats particulièrement sanglants et l'échec de la bataille amènent à une évacuation des troupes alliées.
La division néo-zélandaise participe à la 3ème phase des combats de la bataille de la Somme en septembre : c'est son premier grand engagement sur le front occidental.

Le 14 septembre, elle est positionnée à Longueval, entre les bois Fourcaux et Delville. Les troupes néo-zélandaises parviennent à s'emparer des premières lignes allemandes puis du village de Flers le 16. Pendant les trois semaines de combats qui s'ensuivent, 1 500 combattants néo-zélandais sont tués dans la Somme et 5 000 sont blessés.

Au total, 120 000 Néo-Zélandais se sont enrôlés pendant le conflit, dont 107 000 à l'étranger. 18 500 Néo-Zélandais sont morts, tandis que 50 000 ont été blessés. La Première Guerre mondiale constitue un tournant dans l'histoire néo-zélandaise, un baptême du feu qui la fait exister au même titre que les nations européennes.

Après la guerre, la Nouvelle-Zélande décide d'ériger sept mémoriaux sur le front occidental, dont un situé à Longueval, dans le Caterpillar Valley Cemetery. Il honore la mémoire des 1 205 combattants disparus de la Division néo-zélandaise tombés dans la Somme. Le cimetière abrite également les tombes de 125 Néo-Zélandais. En 2004, le corps d'un combattant néo-zélandais, anonyme, en a été exhumé pour devenir le « soldat inconnu néo-zélandais » à Wellington. Une colonne a été édifiée à Longueval, en mémoire de la Division néo-zélandaise, à l'emplacement de la première ligne allemande du 15 septembre 1916. La Somme est l'un des hauts lieux de mémoire néo-zélandaise pendant la Première Guerre mondiale.

À la une

Entre Longueval et la Nouvelle-Zélande, une amitié durable